Le Chesnay et Versailles Grand Parc

VERSAILLES GRAND PARC (VGP) est la Communauté d’agglomération à laquelle Le Chesnay est rattachée depuis le 1er janvier.

Instituées en 1999 par la loi Chevènement,  le régime des communautés d’agglomération  a ensuite été modifié en décembre 2010 par la loi de « réforme des collectivités territoriales ».  Elle prévoit, en particulier, l’élection directe des conseillers communautaires des communes de plus de 3500 habitants à partir des élections municipales de mars  2014.
Nos bulletins de vote comprendront 2 listes par bulletin : celle des 35 candidats au conseil municipal du Chesnay et celle  des 6 candidats du Chesnay au conseil communautaire de Versailles Grand Parc.

L’histoire de notre ville avec Versailles Grand parc n’a jamais été simple.

Lorsque les communes avaient encore le choix de rejoindre ou non un Etablissement Public de Coopération Intercommunale (EPCI), que ce soit communauté de communes ou communauté d’agglomération, le choix du Chesnay a été de rester autonome.

Pour une « bonne » raison et aussi pour des motifs plus personnels :

  • VGP est le fruit d’une décision politique et administrative prise par le Gouvernement en fonction de considérations globales. Ce qui n’est pas suffisant pour en faire un projet local. Le travail d’élaboration d’un vrai projet local dans le cadre imposé par la loi n’ayant pas été fait, l’intérêt de VGP pour nombre des habitants de son périmètre et particulièrement ceux des villes les plus importantes, est objectivement faible. Les élus doivent bâtir un « projet VGP », effectivement créateur de valeur ajoutée pour tous et justifiant les taxes et impôts locaux supplémentaires payés par chaque foyer du périmètre. Notre maire a souhaité, à juste titre, qu’un tel projet soit lancé. Nous aurions pu rentrer dans VGP pour participer à son lancement et à son élaboration. Notre maire a préféré en faire un préalable à l’intégration du Chesnay et rester hors de VGP.
  • Rentrer dans VGP c’est accepter de travailler en équipe, avec d’autres élus locaux, en tenant  compte des avis de tous et, éventuellement, sous la conduite d’un autre. Configuration difficile à vivre pour notre maire… et qu’il a repoussée autant qu’il a pu le faire.

Il a ensuite été de plus en plus clair, à partir de 2010, qu’il nous serait difficile, puis impossible de demeurer en dehors d’une communauté d’agglomération.

Par l’intermédiaire du Préfet des Yvelines, notre commune s’est vu signifier, progressivement, les quelques mesures qui nous ont été imposées pour intégrer VGP. Pendant cette période intermédiaire, 2010-2013, Le Chesnay, représentée exclusivement par son maire, n’a jamais adopté une attitude positive et constructive vis-à-vis de ce projet.

Il est très probable, pourtant, qu’après avoir légitimement défendu notre position, une fois que la décision de l’Etat a été prise, si nous avions alors fait preuve d’un esprit de coopération, nous aurions pu participer à la poursuite de l’édification de VGP en y défendant notre approche.

Il est vraisemblable que le conseil communautaire de VGP aurait alors accueilli nos représentants avec une certaine ouverture d’esprit. Ensuite,  la qualité de nos représentants ,et de leur travail au sein de ce conseil  auraient constitué nos meilleurs arguments… Mais ce n’est pas ce qui s’est passé.

Aujourd’hui, notre capacité d’influer sur les décisions est réduite.

Les relations entre notre maire et le Président de VGP, François de Mazières, député-maire de Versailles,  sont politiquement convenues, mais manifestement peu coopératives de part et d’autre.

Le problème, c’est qu’au-delà de son ego, c’est l’intérêt de l’ensemble de la ville du Chesnay et de ses habitants que notre maire est supposé défendre. L’accueil, plutôt frais, qui lui est et, par voie de conséquence, qui nous est réservé par VGP, ne va pas aider nos représentants dans cette mission.

C’est d’autant plus regrettable  que c’était évitable. Certaines des vérités que la vie nous aide à transmettre à nos enfants devraient être rappelées à certains responsables : « on récolte ce qu’on a semé… » en est une.

Sur quoi portent les discussions que nous devrions avoir avec VGP en y entrant et quels en sont les enjeux pour les Chesnaysiens ?

  • Nous aurons à négocier en matière de « compétences ». Outre les compétences déléguées d’office à la communauté d’agglomération par la loi, d’autres doivent être choisies et certaines encore peuvent être déléguées sur demande des communes. Les communes n’ayant ni les mêmes attentes, ni les mêmes moyens, le choix des compétences mises en commun est important pour tous les habitants.
  • Le transfert à la communauté d’agglomération des actifs et de certains moyens des communes dévolus à ces compétences conduit à des négociations financières délicates entre chacune des communes et VGP. Le résultat de ces négociations impactant directement les équilibres financiers de la ville, donc la contribution des habitants.
  • Pour que l’ensemble fonctionne de façon efficace et harmonieuse, il sera indispensable de pouvoir travailler correctement ensemble. Les convergences nécessaires devront être trouvées en matière de « gouvernance » et de modes de fonctionnement.

Ces différents aspects sont complexes. Défendre au mieux les intérêts du Chesnay dans les discussions à venir nécessite une préparation approfondie et rigoureuse.

Lors du conseil municipal de mars 2013, consacré au sujet, le maire a refusé de mettre en place un groupe de travail d’élus de notre ville pour effectuer cette préparation ; évaluer les enjeux propres à notre commune, fixer les priorités, les points de résistance, les éléments de négociations, préparer des  argumentaires, etc…

Cette attitude globalement négative et fermée depuis plusieurs années sur ce sujet pourtant essentiel pour notre commune, révèle, selon nous, un manque de clairvoyance politique et une absence critique de vision d’avenir pour notre ville.

A l’heure où il va falloir s’employer à restaurer la confiance avec nos voisins et partenaires du conseil communautaire, travailler vraiment à élaborer un projet pour VGP qui préserve au mieux les intérêts des Chesnaysiens, comment penser que ceux qui nous ont installés dans ce statut de mauvais équipier et nous maintiennent maintenant dans cette impasse avec un fatalisme de mauvais perdant, pourraient être demain les meilleurs représentants de la ville et les plus sûrs garants des intérêts des Chesnaysiens au sein de cette structure ?

Nous arrivons isolés et affaiblis dans VGP et, si nous ne changeons pas radicalement d’état d’esprit et de façons de faire, nous y resterons isolés et aussi peu influents qu’improductifs. VGP sera comme un poids mort pour notre commune.

Cette perspective ne nous fait pas rêver. Nous avons les moyens d’espérer mieux de notre participation à VGP, avec du travail et une autre approche.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s