Les défibrillateurs cardiaques au Chesnay

Au printemps 2009, Philippe Brillault a refusé une proposition informelle et amicale de l’antenne locale de la Fédération Française de Cardiologie pour une action conjointe avec la ville du Chesnay : la prévention de la mort subite chez les sujets sportifs et en particulier chez les jeunes.

Cette action prévoyait l’information et la sensibilisation des Chesnaysiens sur l’intérêt des défribillateurs dans les salles de la ville, et à proximité des terrains de sport, la formation à leur mise en oeuvre,  et leur installation aux endroits les plus adéquats. Les personnes visées étaient les usagers principaux de ces lieux.

Le maire n’a pas donné suite à cette proposition ni à d’autres qui lui ont été faites dans le même sens. Le Chesnay doit ainsi être une des rares villes de France où il n’y a pas de défribillateurs dans les locaux communaux.

Pourquoi ? Les raisons de ce blocage sont toujours restées obscures… Ce que nous savons c’est qu’elles relèvent, en tous les cas, d’une appréciation  entièrement personnelle.
La médecine, au Chesnay, c’est le domaine du docteur Brillault. Un domaine strictement réservé, parmi de nombreux autres…

Pas de défibrillateurs dans les locaux communaux au Chesnay : c’est l’avis du docteur Brillault contre celui des cardiologues du monde entier !… Très fort… mais pas très responsable.

En juin dernier, Olivier Delaporte, maire de La Celle Saint Cloud, a été victime d’un grave malaise cardiaque dans l’exercice de ses fonctions de maire, dans un gymnase de sa ville. Il n’a dû sa survie qu’à la présence dans la salle d’un médecin efficace, et d’un défibrillateur.

En cas de fibrillation cardiaque, les statistiques montrent que le taux de survie du patient est au plus de 10 % sans défibrillateur, et atteint 60 à 80 % avec.

Olivier Delaporte et tous ses proches ont eu beaucoup de chance que cet accident ne se soit pas produit dans un gymnase du Chesnay !…

Et nous ?

Il nous reste la possibilité de croiser les doigts en permanence ou de nous promener dans notre ville avec un gri-gri en bois dans la poche, de prier le ciel qu’il ne nous arrive rien, de ne sortir qu’accompagner d’un urgentiste … ou de changer d’équipe municipale, afin d’en désigner une qui saura faire ce qui est raisonnablement nécessaire pour assurer au mieux, pour les usagers de notre ville, la prévention vis-à-vis de risques identifiés comme celui-ci.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s