Cinéma du Chesnay: retour vers le futur

Le cinéma de Parly 2 a fermé brutalement en juin 2014. Il était certes en sursis depuis quelques temps, mais la rapidité de la fermeture a pris tous les Chesnaysiens de court.

En conseil municipal de juillet 2014, en réponse à une question de notre groupe, Philippe Brillault, qui avait été totalement inactif jusque-là sur ce dossier, promet une réouverture après travaux d’extension pour 2016 ou 2017, certaines salles existantes étant utilisées entre temps pour ne pas laisser la ville deux à trois ans sans cinéma.

Dès la rentrée 2014, il apparait que le cinéma serait totalement fermé jusqu’à 2017 ; encore une promesse sans lendemain.

Un projet a émergé début 2015 : un cinéma de 12 salles (contre 5 précédemment) géré par le groupe UGC.

Dans le même temps, un projet de rénovation du Cyrano et de construction d’un nouveau cinéma de 9 salles avenue de l’Europe à Versailles a avancé à grands pas. On sait que François de Mazières a toujours voulu protéger ses cinémas de centre-ville (abandon du projet de multiplexe à la gare des Chantiers et opposition à l’extension de l’UGC de Vélizy).

Le projet de rénovation et d’extension proposé par UGC, Parly 2 et la mairie du Chesnay vient d’être refusé par la CDAC, Commission Départementale d’Aménagement Cinématographique des Yvelines.

Pourquoi ce refus ?

Jean-François Edeline, propriétaire du Cyrano et du Roxane, et ex-gérant du cinéma de Parly 2, a fait ce qui est en son pouvoir pour empêcher le projet. Il veut pouvoir revendre aussi cher que possible ses deux cinémas. Rappelons qu’il a quasiment toujours refusé d’investir pour rénover le Cyrano et le Roxane et, à l’époque, a laissé le cinéma de Parly 2 se dégrader à tel point que la fréquentation avait considérablement baissé.

Les maires des communes voisines, au premier rang desquels François de Mazières, député-maire de Versailles, ont aussi eu leur mot à dire. Or, on sait que Philippe Brillault s’est fâché avec tous ses homologues de Versailles Grand Parc : il a dénigré la communauté d’agglomération pendant dix ans, avant d’être obligé de l’intégrer. Ceux-ci n’ont donc pas fait d’effort de coopération et ont pesé pour que la CDAC rende un avis défavorable, une preuve supplémentaire de la gestion en solitaire de Philippe Brillault dont les Chesnaysiens font les frais.

Aujourd’hui, nous sommes revenus au point de départ. Compte tenu du projet de cinéma de Versailles (qui a lui obtenu l’aval de la CDAC), le complexe de 12 salles est trop grand.
Un cinéma de 7 à 8 salles permettrait un juste équilibre entre les projets chesnaysiens et versaillais. Pour cela, une participation positive au sein de Versailles Grand Parc est indispensable.

Nous espérons qu’Unibail-Rodamco, gestionnaire du Centre commercial de Parly 2 va améliorer son projet pour le faire accepter par la Commission Nationale.
Dans tous les cas, nous savons désormais que Le Chesnay restera sans cinéma, au minimum jusqu’en 2018.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s