Hôtel de ville : la passoire thermique qui vous coûtera cher


Lors du Conseil municipal de juin 2015, le maire nous a fait voter une résolution pour le changement des fenêtres de l’hôtel de ville, en précisant qu’un audit avait indiqué que cela diminuerait les déperditions énergétiques de 50%, ce qui nous semblait anormalement élevé.

La Mairie refusant de nous  transmettre ce fameux rapport, nous sommes allés le  consulter sur place, le 25 juin 2015.

À notre surprise, il ne s’agit pas d’un audit énergétique, mais seulement d’une « Étude de faisabilité pour la réfection des façades », réalisée en juin 2013 par la société THERMI-CLIM.

Il n’y a eu aucune mesure de température ni aucun calcul de simulation, mais seulement des estimations par rapport aux surfaces vitrées, certes importantes sur ce bâtiment.

La réduction des déperditions dues aux fenêtres uniquement, et seulement dans le cas où on les changeait complètement (châssis+fenêtre double-vitrage), est estimée à 63%. Or, le maire a bien dit qu’il ne changerait que les fenêtres, sans toucher aux châssis. Ce qui serait inefficace, en raison des ponts thermiques.

Le rapport préconise en fait des travaux d’isolement des façades (murs) associés aux fenêtres, pour atteindre au mieux -30% de déperdition thermique globale.

Le coût total de ces travaux est juste en-dessous d’un million d’euros, articulé ainsi:

– Châssis, fenêtres : 483 000 €

– Isolation extérieure : 355 000 €

– Cages d’escalier : 134 000€

Le rapport indique aussi que les déperditions par les toitures-terrasses sont estimées à 20%.

Nous avons enfin posé des questions sur le chauffage du bâtiment.

En fait, le rez-de-chaussée et le 1er étage sont chauffés par une pompe à chaleur, alors que le reste du bâtiment l’est par le chauffage urbain de Parly 2.

Il n’existe pas de comptage d’énergie par bâtiment du complexe Nouvelle-France.

La société IDEX, qui exploite ce réseau, devrait installer des compteurs…mais dans quel délai ?

Il est donc impossible d’estimer les gains de chauffage puisque la consommation actuelle n’est pas du tout maîtrisée, comme dans la plupart des bâtiments de la commune.
Conclusion : le coût de la rénovation énergétique de la mairie sera très élevé, mais le gaspillage le sera aussi pour longtemps, si le maire ne s’attèle pas à ce sujet.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s