Fermeture de l’école du Petit Prince : Notre version

Le maire du Chesnay est le seul maire des Yvelines à demander de lui-même la fermeture d’une école entière. Ce cas est sans doute unique aussi en France, les décisions de fermeture étant prises par les académies, presque toujours contre l’avis des maires.

Depuis le mois de février, les parents d’élèves et les enseignants de l’école du Petit Prince s’interrogent : pourquoi fermer notre école qui a des locaux agréables, un nombre d’élèves suffisant pour garder quatre classes, et surtout un projet pédagogique innovant, grâce au dynamisme du corps enseignant et des délégués de parents, sous l’impulsion de la directrice?

Une communauté éducative qui fait le projet d’accueillir des enfants handicapés est si rare en maternelle. Les parents se sont mobilisés, ont sollicité le maire, le rectorat, les médias : rien n’a bougé.
Hélas, le problème est ailleurs. Il faut attendre que la décision d’occuper les locaux par la crèche des Deux Frères soit prise, et donc qu’il soit impossible de suspendre cette fermeture, pour apprendre que ce n’est pas le Petit Prince qui aurait dû fermer, mais l’école Mozart.

La mairie a fourni de multiples explications pour justifier le choix de sacrifier l’école du Petit Prince, pour sauver Mozart. Si elles se sont révélé bien peu convaincantes, la stratégie a fonctionné : en offrant la fermeture du Petit Prince à la Direction académique, le maire obtenait de ne plus être importuné à propos de Mozart.
L’explication pourrait en fait se trouver dans la présentation du Débat d’Orientation Budgétaire du 17 mars 2016, nos pas au chapitre scolaire, bâtiments, ou jeunesse, mais à celui sur le logement social : un programme de logements sociaux serait prévu dans le quartier rue Duplessis, rue Sainte Claire.

Le maire a déjà essayé d’obtenir de la copropriété de Parly 2, propriétaire de Martin Luther King, la possibilité d’y réaliser un projet, sans succès. Vendre Mozart reviendrait à perdre tout contrôle de l’immobilier de cet îlot… Il faut donc sauver Mozart : une nouvelle victoire de la suprématie de l’immobilier dans la politique municipale.
Seul, notre groupe a voté contre la modification du périmètre scolaire, qui permet d’appliquer la décision de fermeture.

Publicités

Une réflexion sur “Fermeture de l’école du Petit Prince : Notre version

  1. Merci de si bien expliquer les raisons de sacrifier l’école du Petit Prince. Au Chesnay, tout tourne autour de l’immobilier!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s