Eclairage public : Le rapport d’expertise enterré par le protocole mairie-Effage

img_2014

Pourquoi le maire a t-il convoqué en urgence son Conseil municipal le jeudi 2 juin, à un horaire incongru – 8 h 30 – pour soumettre au vote, et non au débat, un protocole transactionnel avec Eiffage Energie, qui met fin à une procédure engagée depuis huit ans ?

Le maire a justifié pour une fin de travaux en octobre, qui permette de rétablir les décorations de Noël. Est-ce un motif d’urgence ?
Notre groupe, qui n’a pas obtenu toutes les réponses techniques, a été le seul à s’abstenir.
En effet, le point clé est bien l’origine technique des pannes récurrentes sur l’éclairage urbain, que tous les quartiers du Chesnay ont subi épisodiquement depuis 8 à 10 ans.

Un expert judiciaire, nommé par le Tribunal administratif, travaille depuis quatre ans, pour obtenir un diagnostic des causes de ces dysfonctionnements, et déterminer les responsabilités de chacun. Son rapport était donc crucial, et devrait être remis prochainement.
Mais, la société Eiffage Energie d’une part, et le maire d’autre part, ont préféré négocier pour annuler la procédure en cours, qui envoie de facto les conclusions de l’expert aux oubliettes.

En finançant un changement partiel des câbles et de leurs têtes, le prestataire reconnaît donc en partie ses responsabilités sur la faible qualité des matériels et le non respect des règles de montage.
Ce qui nous interpelle est le caractère partiel des réparations, et que, par le protocole, le maire renonce à tout recours en cas de nouvelles pannes.

Or, comment peut-on être assuré d’un fonctionnement correct, alors même que le métrage des câbles prévu au remplacement ne peut pas nous être communiqué ?
En cas de nouvelles pannes sur une partie du réseau, renouvelé ou pas, quel sera le coût des réparations à la charge de la ville ?
Est-ce que la ville avait fait les investissements nécessaires initialement prévus, pour que l’ensemble du système fonctionne correctement, comme la mise aux normes des transformateurs électriques, ou la qualité des candélabres ?

Autant d’interrogations que la précipitation de cette négociation, qui n’a pas été soumise à la Commission travaux nous laisse perplexes.
Seule la fin des pannes d’éclairage sera le juge de paix…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s