Subventions et électoralisme

La réserve parlementaire, enveloppe d’argent que les parlementaires peuvent allouer à discrétion, va être supprimée.
Au Chesnay, le député Guaino avait donné 8000 € à la Ville, pour abonder l’achat d’un clavecin (d’un coût total de 27 000 €) à l’école de musique, 50 000 € pour la construction d’un mur d’escalade, et 60 000 € pour l’orgue de l’église Saint-Antoine.

Cet argent qui tombe du ciel pour les bénéficiaires, reste toujours de l’argent public, qui est distribué de manière discrétionnaire, avec des intentions non affichées.
En clair, c’est sujet au clientélisme.
Il en est de même pour les subventions municipales, particulièrement généreuses au Chesnay (1 million), et dont les amendements de l’opposition ne sont curieusement jamais repris : un groupe propose de baisser l’aide au scoutisme, un autre d’augmenter celle à la mission sociale. Nous proposons, pour notre part, de réduire les subventions de certains clubs sportifs excessivement subventionnés, tout en pratiquant des cotisations très élevées pour les adhérents.

Ce système de subvention existe aussi entre collectivités.
Ainsi, entre élus de collectivités, des attributions de subventions se quémandent, ou s’attribuent de manière discutable. 

A l’approche des échéances électorales (départementales, régionales, sénatoriales), ces négociations entre élus s’éloignent de l’intérêt général.

C’est ainsi que la Mairie du Chesnay a carrément affecté un agent pour racler des subventions publiques, sans se soucier du réel intérêt des projets pour la ville.
Dernière demande loufoque au Conseil régional cette fois : une subvention de 150 000 € pour la végétalisation de l’Hôtel de Ville, sur la base d’un projet de rénovation énergétique à 876 000 € !
Si l’isolation thermique de la mairie est urgente, la végétalisation est-elle une priorité ?

Dans ce cas, il s’agit pour les majorités politiques en place de s’assurer la bienveillance de leur base d’élus. Car, la source de cet argent étant toujours la même (le contribuable), on peut alors regretter les augmentations répétées du Pass Navigo, depuis que Madame Pécresse est Présidente (Madame Père-Brillault, épouse de M.le maire, faisant partie de sa majorité), alors que la qualité du service ne cesse de se dégrader.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s