Annexion de Rocquencourt, exclusion de l’opposition

La fusion de Rocquencourt et du Chesnay est une idée, somme toute, assez naturelle. On ne trouve pas de couppure géographique claire entre les deux communes, et nous partageons le code postal,  le cimetière, et surtout la copropriété de Parly 2.
Cela aurait dû être fait il y a bien longtemps, mais progressivement.

Après s’être toujours opposé à toute mutualisation, notamment au sein de Versailles Grand Parc, Philippe Brillault devient subitement totalement favorable à cette fusion.

Nous avons appris à 23h30(!) lors d’une réunion publique au mois de mai dernier que M.Brillault négociait dans le plus grand secret depuis septembre 2017 avec M.Peumery, le maire de Rocquencourt, la création d’une commune nouvelle Le Chesnay-Rocquencourt.

L’équipe de Monsieur Brillault aurait été avertie en avril seulement (ce dont nous doutons puisque, si tel avait été le cas, les élus majoritaires auraient dû relever certaines anomalies au moment où se discutait le budget 2018 !).

Encore une fois, nous constatons le mépris de Philippe Brillault pour l’opposition qui n’est jamais prévenue de rien. Comme pour le temple Mormon, on remarque sa gestion solitaire, et d’une opacité assumée, « car sinon rien n’avance »

Lors du conseil municipal extraordinaire du lundi 18 juin 2018, il nous a été proposé d’approuver cette fusion dès le 1er janvier 2019 et, pour la mener à bien, de laisser les pleins pouvoirs à M. le Maire.

Nous n’acceptons ni de lui laisser les pleins pouvoirs, ni une telle précipitation.
Pour tenir ces délais, tout doit être acté avant la mi-octobre, afin que le préfet donne son aval. A l’approche de l’été, on voit bien que les Chesnaysiens (et les Rocquencourtois) vont encore être mis devant le fait accompli.

Nous voyons plus loin. C’est de Versailles, voire de Viroflay que nous devons nous rapprocher. C’est ainsi, au sein d’une commune nouvelle de près de 140 000 habitants, que nous pèserons face à la Métropole du Grand Paris. C’est vers ce type de taille critique qu’il faut désormais tendre, comme ce qui a été fait à Annecy et Cherbourg.

Aujourd’hui, ce projet est avant tout un moyen pour Monsieur Brillault d’élargir son champ d’action en annexant Rocquencourt. En effet, son homologue rocquencourtois ne se représenterait pas aux prochaines élections municipales.

On sait que Philippe Brillault ne supporte aucune opposition. Nous en avons eu une preuve de plus lors de ce conseil municipal.
Le groupe Le Chesnay Avenir est désormais exclu (sur décision de M.le Maire) de toute participation aux travaux des commissions relatives à ce projet.

Nous rappelons que l’ensemble des trois groupes d’opposition du Chesnay représente plus de 3000 citoyens, soit l’équivalent de la population de Rocquencourt.

Et il ose parler de « démocratie participative »!

En fait, seuls ceux qui sont d’accord peuvent participer au « travail collaboratif »….

Publicités

Une réflexion sur “Annexion de Rocquencourt, exclusion de l’opposition

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s