Le gouffre du tennis

Cela va faire des mois que les riverains de la rue des Sports subissent un chantier interminable d’excavation sur le tennis-club. Ils sortaient à peine des désagréments de la construction du temple mormon.

Pourquoi un tel gouffre sous les anciens courts de tennis ? Tout cela pour pouvoir édifier une nouvelle structure pour couvrir ces courts, afin que les joueurs du tennis-club puissent jouer par temps de pluie.

De plus le club-house, qui a déjà été partiellement rénové, va lui aussi nécessiter des travaux.

Enfin, une sente piétonne est créée entre la rue des Sports et l’impasse Mouchotte.

Montant prévisionnel : 1,5 million d’euros…

En effet, le maire est coutumier du saucissonnage des projets, qui fait qu’au bout du compte, le coût financier du projet global est illisible. Au passage, on a observé que l’une des bulles qui couvraient les deux courts a été tout simplement donnée à la société qui l’a démontée, alors qu’elle avait été acheté près de 80 000 € il y a moins de 10 ans…

Mais d’ores et déjà, on peut dire que c’est un gouffre financier, au regard du résultat : trois courts couverts pour les pratiquants d’un sport déclinant depuis 20 ans, avec un nombre toujours en baisse.

La preuve en est que le président de ce club a sollicité les contribuables Chesnaysiens pour une subvention supplémentaire (+18 000 €), après avoir vu fondre ses réserves, avec un compte de résultat négatif sur quatre ans, malgré la subvention municipale de 26 000 €, et des tarifs élevés.

Arguant de la baisse de fréquentation durant les travaux qui traînent car le projet a été mal élaboré au départ (problème assainissement non intégré, désorganisation…), nul doute que les finances de ce club vont chuter, et qu’il va encore falloir perfuser une activité qui n’est pas pratiquée par le plus grand nombre.

On peut donc se demander s’il était justifié de créer un nouveau gouffre financier pour la commune, pour une poignée de pratiquants, par rapport au foncier mobilisé.

Il aurait été plus rationnel de faire un partenariat avec la copropriété de Parly 2 qui dispose de sept courts.

En effet, la pratique du tennis en club diminue par rapport à une pratique occasionnelle en dehors.
Le maire du Chesnay a lui-même envisagé en 2015 de faire disparaître le club du Chesnay-Trianon, pour faire passer ce site en DSP (Délégation de Service Public), mais aucun professionnel du secteur n’a accepté, par manque de rentabilité.
Quant à la couteuse sente entre l’impasse Mouchotte et la rue des Sports, on peut vraiment s’interroger sur son utilité.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s