Gare routière ou place des bus diesel ?

Le maire veut créer une nouvelle place au Chesnay : la place des bus polluants, autrement appelée gare routière. Cette place des bus au diesel du réseau Phébus serait située avenue Dutartre, devant l’entrée du centre commercial, entre le restaurant Hippopotamus et les résidences de Parly 2.

Pour construire les quatre quais où les moteurs diesel largueront sans relâche les gaz d’échappement, M.Brillault va commencer par abattre les arbres du terre plein, puis acheter des parcelles qui appartiennent à la copropriété de Parly 2. Le Conseil Syndical Principal (CSP) a déjà reçu un courrier du maire l’informant de son souhait.
Mais, les riverains, eux, sont hostiles à ce projet qui n’apportera que des nuisances dans un carrefour qui est déjà très encombré par les véhicules, dangereux pour les piétons et les cyclistes, et mal dessiné. Une pétition est lancée…

Ironie du sort : l’adjointe au maire en charge de ce dossier (mais aussi celui du stationnement payant) est également élue au sein du CSP de Parly 2, administratrice au syndic de la copropriété, la SAIC Le Chesnay Trianon, dans un étrange mélange des fonctions.
Pour commencer, nous demandons que Madame Dorothée Bilger clarifie sa position pour se mettre à l’abri d’un conflit d’intérêt, en démissionnant de l’un ou l’autre de ses mandats.

Cette place des bus diesel n’est pas pertinente, et ne satisfait que la direction du centre commercial, qui avait déjà bénéficié de deux stations Autolib’. dont les travaux furent eux aussi financés par les contribuables chesnaysiens (60 000 € /station), pour des recettes arrêtées au bout de deux ans en raison du fiasco que l’on sait. Le centre n’est pas très reconnaissant, puisqu’il installe des barrières sur ses parkings, pour empêcher les Chesnaycourtois de venir s’y garer.

Cette pseudo-gare routière est utilisée pour masquer l’absence de vision de M.Brillault dans le domaine des mobilités. En effet, l’absence de gare dans la ville est un vrai handicap pour son attractivité. Pourtant, nos voisins de la petite commune de Bailly vont avoir une gare, sur la future liaison entre Saint-Cyr-l’Ecole et St Germain en Laye, dite « Tangentielle Ouest », qui permet une interconnexion avec le RER A d’un côté, et le RER C,  les lignes Transilien N et U de l’autre. Pourtant, cette zone de notre ville a des pôles très importants, générant énormément de trafic automobile : les deux hôpitaux, le centre commercial, le futur cinéma UGC, et le collège.
Tout cela aurait mérité une vraie réflexion.

Pour éviter les nuisances de cette gare routière, notre groupe d’élus d’opposition va intervenir en conseil municipal pour obtenir un moratoire, afin que le sujet de la mobilité soit l’objet d’une étude plus globale, en phase avec la transition écologique attendue par tous.

Publicités

Nos questions au maire pour la réunion publique du 17 mai

Le maire et son équipe organisent une réunion publique le jeudi 17 mai prochain.

Dans son édito des Evénements de mai, il vous a proposé de lui envoyer au préalable des questions concernant la ville, à l’adresse suivante : mairie@lechesnay.fr.

A titre indicatif, nous vous proposons une liste non exhaustive de questions.
Vous pouvez sélectionner celles qui vous intéressent le plus, et les lui envoyer.

Attention, cette réunion dure généralement trois heures, et M.Brillault demande à ce que les questions ne soient abordées qu’à la fin, quand tout le monde rentre, vers 23h30 minuit !

Demandez donc que chaque thème soit suivi d’une séquence questions-réponses.

LISTE DE QUESTIONS :

FINANCES-ECONOMIE

Pourquoi augmenter brutalement les impôts locaux de 10% ?

Pourquoi mettre 4 millions d’euros dans un centre technique municipal ?

A quoi sert l’investissement d’1,5M € d’un étage du centre France Télécom de la rue du Dr Audigier ?

Pourquoi ne faites-vous pas d’économies sur les voeux du maire (100 000 €) comme d’autres mairies le font ?

Combien ont rapporté les droits de voirie dûs aux travaux du centre commercial de Parly 2 ?

STATIONNEMENT & TRANSPORTS

Allez-vous oui ou non, mettre en stationnement payant la totalité des rues du Chesnay ?

Que faire quand il y a trois voitures dans la même famille ?

Pourquoi la mise en place de panneaux indiquant le temps de passage des bus prend autant de retard aux arrêts de bus du Chesnay ?

Avez-vous pris connaissance de l’enquête F.U.B. sur le vélo, qui attribue une mauvaise note au Chesnay, et quel plan vélo préparez-vous ?

Quid de la mise en place du pédibus pour accompagner les enfants à l’école ?

Quel est le projet de gare routière entre Parly 2 et le restaurant Hippopotamus ?

Île de France Mobilités a mis en place de nouvelles lignes le 16 avril 2018 : pourquoi n’y a-t-il aucune information sur ce sujet sur le site de la ville ?

La ligne M, très empruntée, a été maintenue jusqu’à l’été. La ligne 76 , qui est un car, ne pourra pas la remplacer, et n’est pas cadencée avec les trains. Qu’avez-vous prévu pour remédier à ce problème ?

Pourquoi n’y a-t-il eu aucune consultation pour les lignes de bus ?

Poursuivez-vous le projet d’enlever tous les arbres de l’avenue Debasseux, pour faire passer des bus grande longueur, si peu adaptés à la majorité des rues du Chesnay ?

Le 4 mai, des cheminots en grève de la SNCF ont bloqué durant quelques heures le dépôt de Phébus, comment se fait-il que quelques grévistes, de Phébus ou non puissent bloquer tous les bus de Versailles et ses environs ?

FAMILLE

Pourquoi les crèches du Chesnay sont surcapacitaires ?

De combien allez-vous augmenter les cantines scolaires ?

Est-ce qu’il est envisagé de fermer encore une école, celle de Mozart par exemple ?

Quand l’école Langevin sera-t-elle détruite ?

SPORTS

Pourquoi les tarifs des clubs associatifs sont si élevés au Chesnay, alors qu’ils perçoivent de grosses subventions municipales (+600 000 €), et que la gestion des salaires est assurée par un service municipal (LC Sports, subventionné aussi avec 90 000 €) ?

N’y a-t-il pas un déséquilibre entre les investissements énormes pour le Tennis-Club (>1 M €) et pour le tennis de table (800 000 € ) vis-à-vis d’autres équipements sportifs (piscine, Nouvelle-France…) ?

TRAVAUX

Pourquoi les travaux de protection des établissements scolaires contre les intrusions terroristes n’ont toujours pas été réalisés ?

Combien y a-t-il de recours sur les projets immobiliers en cours ?

Combien devons-nous construire de logements sociaux pour ne plus avoir de pénalités ?

Pourquoi trop de rues du Chesnay ne sont pas aménagées pour la protection des piétons ?

Pourquoi les travaux d’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite (PMR) sont retardés ?

Après avoir fait partir une Association pour l’Enfance sur le site des Akènes, c’est au tour de l’IME La Rencontre d’être mis hors la ville, sur la commune de Trappes : est-ce que les projets immobiliers sont prioritaires ?

La rénovation de la place Simard, avec un immeuble de logements sociaux, n’était-elle qu’un leurre par rapport à vos engagements avec le préfet ?

CULTURE

Pourquoi la Grande Scène est surtout fréquentée par les personnes ayant un abonnement ?

Pourquoi notre ville n’accueille pas des spectacles dans le cadre du mois Molière de Versailles ?

Est-il possible d’avoir des horaires d’ouverture de la médiathèque plus large, comme le préconise le rapport Orsenna ?

DIVERS

Votre épouse est-elle toujours salariée de la mairie ?

Est ce que vous comptez enlever les tags dans les rues ?

Pourquoi les paroissiens peuvent se garer sur la bande de séparation centrale de l’avenue Schweitzer, dans sa portion face à l’église Notre-Dame de la Résurrection ?

Pourquoi les Chesnaysiens devraient-ils payer la vidéo-surveillance du temple Mormon par le CSU ?

Est-ce à la mairie de financer la restauration de l’orgue de l’église St-Antoine, construit après la loi de 1905 ?

Quelle est votre position sur les compteurs Linky ?

Ecole Le Nôtre : les aménagements loufoques aux abords exaspèrent les parents

travaux-le-notre

Une semaine avant les vacances de Noël, les écoles Le Nôtre, Jean-Louis Forain, et l’école de musique ont eu la surprise de voir l’entreprise Jean Lefebvre, bien connue au Chesnay, abattre les arbres, les barrières et les plates-bandes.

Plan Vigipirate, sécurité des enfants: rien n’arrête le chantier dont même l’adjoint aux Travaux et à la voirie n’a pas été informé… Pour toute explication, un seul panneau d’interdiction a été apposé, mais dès le samedi suivant, le Centre commercial prend possession des lieux et de la cour de l’école, ce qui entraîna une semaine d’insécurité et de nuisances sonores pour enfants et professeurs au profit de quelques places de parking pour le Centre.

Depuis, la rentrée, il n’y a toujours aucune sécurité, ni aucune information des élus, ni des usagers.
En réponse à une question de parents, lors de la réunion publique du 23 janvier, M. le maire s’engage à une concertation, mais annonce que, s’il y a un accident, ce sera la faute des automobilistes !

En Conseil municipal, notre groupe a posé la question orale suivante :

Le 12 décembre 2016, les travaux sur les espaces de stationnement avenue Dutartre, le long de l’école Le Nôtre, et sur le parking devant l’école de musique, ont commencé sans aucune déclaration préalable, et sans aucune sécurisation, malgré le Plan Vigipirate et la zone de protection de la canalisation de gaz haute pression 64 bars Les arbres ont été abattus et le bruit des travaux a fortement perturbé le travail des enseignants et des élèves.

Un courrier du cabinet du maire, signé de Richard Delepierre, en date du 12 décembre, indiquait aux élus que ces travaux étaient réalisés pour permettre au Centre commercial de stationner pendant les vacances scolaires, et qu’ils étaient financés par la mairie, le Centre ayant jugé le montant de 60 000 euros trop élevé.
Cependant, aucune décision concernant ces travaux ne figure dans les décisions communiquées aux élus.

Dès le 17 décembre, les panneaux indiquant « Parking réservé aux commerçants de Parly 2 » étaient apposés. Le 23 décembre, les parents ont reçu un courrier leur indiquant que ces travaux n’étaient pas au profit du Centre commercial, malgré les rumeurs, mais pour une meilleure sécurité.
Depuis, il n’y a plus aucun passage pour les piétons. Les enfants passent au milieu des voitures, au mépris de la sécurité la plus élémentaire. Les parents cherchent tous les matins comment stationner pour les déposer à la crèche, ou à l’école, et rien ne permet de penser qu’un cheminement piétons sécurisé, pourtant obligatoire, ne soit prévu le long de l’école.

Pouvez-vous nous indiquer quelles concertations vous prévoyez d’engager avec les élus, les parents, l’école de musique, et les riverains que vous avez à nouveau privés du parking rue Moxouris ?

Pour toute réponse, une question : étiez-vous à la réunion publique ?

En fait, tout était déjà décidé, et dès le soir des vacances de février, l’entreprise Jean Lefebvre affichait un nouvel arrêté du maire, daté du 27 janvier, pour interdire le stationnement.
Pour quels travaux ? Aucune information n’a filtré, faute de déclaration préalable, conformément au régime des autorisations d’urbanisme.
La Mairie s’est excusée en déclarant que ce n’était pas nécessaire pour des « aménagements mineurs »…mais suffisamment importants pour être « pilotés » directement par le maire, court-circuitant ainsi son adjoint, qui pour le coup, a un rôle mineur.

Si ce projet est pour un mieux vivre des usagers et des riverains, pourquoi tant de cachoteries ?
A la rentrée, début février, les parents d’élèves ont demandé la convocation exceptionnel d’un conseil d’école : seront-ils enfin écoutés ?