Ecole Mozart : encore une école sacrifiée ?

 

 

Cela fait plusieurs années que la rumeur circule : le maire, avec la bienveillance de l’inspection d’académie, voudrait fermer l’école Mozart.
Pendant les années 2000, elle avait besoin de travaux urgents, et il a fallu attendre très longtemps avant que la mairie n’accepte de les réaliser. Parents et enseignantes avaient alors cru obtenir un sursis.

Depuis quelques semaines, ces bruits de couloirs deviennent très insistants, car il serait acté que Philippe Brillault ait décidé de la fermeture, dès la rentrée 2019.

Revenons un peu en arrière. A la rentrée 2016, il avait décidé de fermer l’école Le Petit Prince, à l’angle de la rue Caruel Saint-Martin, et de la rue Cimarosa. Il était évoqué en mairie que sacrifier cette école était la seule façon de sauver Mozart.
Le Petit Prince était une école comprenant quatre classes, et était jugée trop petite par M.Brillault pour être conservée. Drôle d’argument de la part d’un maire.
Nombre de ses homologues, de villages, comme de petites ou moyennes villes, bondiraient en entendant cela.
Une école primaire, et à fortiori, maternelle, est une école de proximité, avec un esprit familial, plus protecteur, et favorable au développement de l’enfant.

Ce qui nous a été dit en conseil municipal

Inquiets par la menace qui planerait sur l’école Mozart, Nathan Jalaleddine, élu municipal de notre groupe, a posé la question orale suivante, lors du conseil municipal du 20 décembre 2018.

Monsieur le Maire,

L’école maternelle Mozart compte trois classes. Il s’agit d’une école de proximité, qui, avec la supérette U Express, anime le quartier Martin Luther King.
La fermeture de l’école Le Petit Prince en 2016 restant regrettable, nous ne voudrions pas qu’une deuxième école maternelle ne disparaisse à la rentrée 2019. Les parents et les institutrices de l’école Mozart sont particulièrement inquiets en ce moment, de nombreux bruits de couloir affirmant que la fermeture serait actée pour la rentrée prochaine.
Pouvez-vous nous dire ce qu’il en est vraiment, et nous garantir que si l’inspection académique envisage vraiment la fermeture de cette maternelle, vous utiliserez tous les moyens qui sont en votre pouvoir de maire, pour empêcher que cette décision ne devienne effective ?

La réponse de Philippe Brillault et de son premier adjoint, Michel Charlet a été vague et évasive : une école qui compte trois classes oblige la directrice à s’occuper d’une classe à plein temps, et l’existence de la maternelle La Fontaine, à côté de la primaire Molière, permet d’éviter les problèmes de fratries séparées géographiquement.
On en retiendra que Messieurs Brillault et Charlet semblent clairement vouloir fermer l’école Mozart. Ils supposent par ailleurs que Rocquencourt, qui a su accueillir de nouvelles familles, va ouvrir une école sur son territoire…

Ce qu’il en est vraiment

Il semble évident que la volonté de M.Brillault est, à terme, de regrouper toutes (ou presque toutes) les écoles maternelles et primaires sur deux sites : ceux de rue de Glatigny et de Guynemer.
Un autre projet, qui semble repoussé pour le moment, est la destruction de l’école Langevin. Sera-t-elle reconstruite? Qu’adviendra-t-il des écoles Perrault, Le Nôtre ?
L’espace Martin Luther King est désaffecté depuis de nombreuses années, et le dossier s’enlise (même si la copropriété de Parly 2 semblait avoir fait avoir fait avancer les choses au printemps dernier, le bout du tunnel reste loin). Or, l’équation MLK + école Mozart = un superbe projet immobilier.
Les promoteurs seraient-ils déjà dans le bureau de M. Brillault ?
L’éducation de nos enfants passera après. Curieux pour un maire qui prétend défendre la famille.

Publicités

Nos questions au maire pour la réunion publique du 17 mai

Le maire et son équipe organisent une réunion publique le jeudi 17 mai prochain.

Dans son édito des Evénements de mai, il vous a proposé de lui envoyer au préalable des questions concernant la ville, à l’adresse suivante : mairie@lechesnay.fr.

A titre indicatif, nous vous proposons une liste non exhaustive de questions.
Vous pouvez sélectionner celles qui vous intéressent le plus, et les lui envoyer.

Attention, cette réunion dure généralement trois heures, et M.Brillault demande à ce que les questions ne soient abordées qu’à la fin, quand tout le monde rentre, vers 23h30 minuit !

Demandez donc que chaque thème soit suivi d’une séquence questions-réponses.

LISTE DE QUESTIONS :

FINANCES-ECONOMIE

Pourquoi augmenter brutalement les impôts locaux de 10% ?

Pourquoi mettre 4 millions d’euros dans un centre technique municipal ?

A quoi sert l’investissement d’1,5M € d’un étage du centre France Télécom de la rue du Dr Audigier ?

Pourquoi ne faites-vous pas d’économies sur les voeux du maire (100 000 €) comme d’autres mairies le font ?

Combien ont rapporté les droits de voirie dûs aux travaux du centre commercial de Parly 2 ?

STATIONNEMENT & TRANSPORTS

Allez-vous oui ou non, mettre en stationnement payant la totalité des rues du Chesnay ?

Que faire quand il y a trois voitures dans la même famille ?

Pourquoi la mise en place de panneaux indiquant le temps de passage des bus prend autant de retard aux arrêts de bus du Chesnay ?

Avez-vous pris connaissance de l’enquête F.U.B. sur le vélo, qui attribue une mauvaise note au Chesnay, et quel plan vélo préparez-vous ?

Quid de la mise en place du pédibus pour accompagner les enfants à l’école ?

Quel est le projet de gare routière entre Parly 2 et le restaurant Hippopotamus ?

Île de France Mobilités a mis en place de nouvelles lignes le 16 avril 2018 : pourquoi n’y a-t-il aucune information sur ce sujet sur le site de la ville ?

La ligne M, très empruntée, a été maintenue jusqu’à l’été. La ligne 76 , qui est un car, ne pourra pas la remplacer, et n’est pas cadencée avec les trains. Qu’avez-vous prévu pour remédier à ce problème ?

Pourquoi n’y a-t-il eu aucune consultation pour les lignes de bus ?

Poursuivez-vous le projet d’enlever tous les arbres de l’avenue Debasseux, pour faire passer des bus grande longueur, si peu adaptés à la majorité des rues du Chesnay ?

Le 4 mai, des cheminots en grève de la SNCF ont bloqué durant quelques heures le dépôt de Phébus, comment se fait-il que quelques grévistes, de Phébus ou non puissent bloquer tous les bus de Versailles et ses environs ?

FAMILLE

Pourquoi les crèches du Chesnay sont surcapacitaires ?

De combien allez-vous augmenter les cantines scolaires ?

Est-ce qu’il est envisagé de fermer encore une école, celle de Mozart par exemple ?

Quand l’école Langevin sera-t-elle détruite ?

SPORTS

Pourquoi les tarifs des clubs associatifs sont si élevés au Chesnay, alors qu’ils perçoivent de grosses subventions municipales (+600 000 €), et que la gestion des salaires est assurée par un service municipal (LC Sports, subventionné aussi avec 90 000 €) ?

N’y a-t-il pas un déséquilibre entre les investissements énormes pour le Tennis-Club (>1 M €) et pour le tennis de table (800 000 € ) vis-à-vis d’autres équipements sportifs (piscine, Nouvelle-France…) ?

TRAVAUX

Pourquoi les travaux de protection des établissements scolaires contre les intrusions terroristes n’ont toujours pas été réalisés ?

Combien y a-t-il de recours sur les projets immobiliers en cours ?

Combien devons-nous construire de logements sociaux pour ne plus avoir de pénalités ?

Pourquoi trop de rues du Chesnay ne sont pas aménagées pour la protection des piétons ?

Pourquoi les travaux d’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite (PMR) sont retardés ?

Après avoir fait partir une Association pour l’Enfance sur le site des Akènes, c’est au tour de l’IME La Rencontre d’être mis hors la ville, sur la commune de Trappes : est-ce que les projets immobiliers sont prioritaires ?

La rénovation de la place Simard, avec un immeuble de logements sociaux, n’était-elle qu’un leurre par rapport à vos engagements avec le préfet ?

CULTURE

Pourquoi la Grande Scène est surtout fréquentée par les personnes ayant un abonnement ?

Pourquoi notre ville n’accueille pas des spectacles dans le cadre du mois Molière de Versailles ?

Est-il possible d’avoir des horaires d’ouverture de la médiathèque plus large, comme le préconise le rapport Orsenna ?

DIVERS

Votre épouse est-elle toujours salariée de la mairie ?

Est ce que vous comptez enlever les tags dans les rues ?

Pourquoi les paroissiens peuvent se garer sur la bande de séparation centrale de l’avenue Schweitzer, dans sa portion face à l’église Notre-Dame de la Résurrection ?

Pourquoi les Chesnaysiens devraient-ils payer la vidéo-surveillance du temple Mormon par le CSU ?

Est-ce à la mairie de financer la restauration de l’orgue de l’église St-Antoine, construit après la loi de 1905 ?

Quelle est votre position sur les compteurs Linky ?

Fermeture de l’école du Petit Prince : Notre version

Le maire du Chesnay est le seul maire des Yvelines à demander de lui-même la fermeture d’une école entière. Ce cas est sans doute unique aussi en France, les décisions de fermeture étant prises par les académies, presque toujours contre l’avis des maires.

Depuis le mois de février, les parents d’élèves et les enseignants de l’école du Petit Prince s’interrogent : pourquoi fermer notre école qui a des locaux agréables, un nombre d’élèves suffisant pour garder quatre classes, et surtout un projet pédagogique innovant, grâce au dynamisme du corps enseignant et des délégués de parents, sous l’impulsion de la directrice?

Une communauté éducative qui fait le projet d’accueillir des enfants handicapés est si rare en maternelle. Les parents se sont mobilisés, ont sollicité le maire, le rectorat, les médias : rien n’a bougé.
Hélas, le problème est ailleurs. Il faut attendre que la décision d’occuper les locaux par la crèche des Deux Frères soit prise, et donc qu’il soit impossible de suspendre cette fermeture, pour apprendre que ce n’est pas le Petit Prince qui aurait dû fermer, mais l’école Mozart.

La mairie a fourni de multiples explications pour justifier le choix de sacrifier l’école du Petit Prince, pour sauver Mozart. Si elles se sont révélé bien peu convaincantes, la stratégie a fonctionné : en offrant la fermeture du Petit Prince à la Direction académique, le maire obtenait de ne plus être importuné à propos de Mozart.
L’explication pourrait en fait se trouver dans la présentation du Débat d’Orientation Budgétaire du 17 mars 2016, nos pas au chapitre scolaire, bâtiments, ou jeunesse, mais à celui sur le logement social : un programme de logements sociaux serait prévu dans le quartier rue Duplessis, rue Sainte Claire.

Le maire a déjà essayé d’obtenir de la copropriété de Parly 2, propriétaire de Martin Luther King, la possibilité d’y réaliser un projet, sans succès. Vendre Mozart reviendrait à perdre tout contrôle de l’immobilier de cet îlot… Il faut donc sauver Mozart : une nouvelle victoire de la suprématie de l’immobilier dans la politique municipale.
Seul, notre groupe a voté contre la modification du périmètre scolaire, qui permet d’appliquer la décision de fermeture.