Le Cercle Hippique ne tourne plus rond?

CHP 2
Des rumeurs persistantes indiquent que la ville voudrait se séparer du Cercle Hippique, situé rue des Sports. Comme souvent au Chesnay, un silence de marbre est de rigueur à la mairie.
Il n’y a jamais de fumée sans feu !

Bien que sa taille soit relativement modeste, ce club de proximité est particulièrement apprécié de nombreux Chesnaysiens pour sa convivialité, et parce qu’il évite des déplacements au Haras de Jardy.

Le club hippique est la seule association à ne pas faire partie de la nébuleuse  » LC Sports » (anciennement LC 78). Elle permet à Philippe Brillault de contrôler les associations sportives, le président étant son ancien adjoint. C’est pour cela que ce n’est pas la première fois que des tensions apparaissent entre l’association et la mairie.

Un audit, facturé 8000 euros à la ville a été réalisé l’an dernier. Celui-ci devait émettre des recommandations relatives au devenir du cercle hippique.
Malgré nos demandes répétées le rapport ne nous a jamais été transmis. Pourquoi cette opacité?

Si le club est privatisé, nous savons que les tarifs augmenteront fortement. Nous voulons que l’équitation au Chesnay reste accessible au plus grand nombre.

Quant à la fermeture, celle-ci serait extrêmement dommageable, le Chesnay Avenir s’y opposera.

La Rotonde : la salle de la honte pour Le Chesnay

Vitre cassée à la Rotonde (2)

Comme nous l’avons déjà signalé à plusieurs reprises, de nombreux bâtiments communaux se dégradent au Chesnay. La façade de la mairie tombe en morceaux, le gymnase Pellouard devrait être totalement rénové d’urgence, quant au centre technique municipal, n’en parlons même pas.

Non seulement les désagréments pour les usagers sont évidents, mais cela entraîne en plus une forte consommation d’énergie en raison de la mauvaise isolation. Quelle image donnée de notre ville !

Parfois même, la sécurité des usagers est directement menacée par le manque d’entretien. C’est le cas notamment dans la salle de la Rotonde, située à côté des vestiaires collectifs de la piscine et du gymnase Nouvelle France.

Par ces quelques photos, vous comprendrez qu’elle est une honte pour Le Chesnay: le carreau fissuré de la fenêtre est prêt à se briser sur quelqu’un, le faux-plafond est incomplet et des fils électriques pendent.

Vitre cassée à la RotondeFaux plafondFils électriques

 

Les services publics désertent Le Chesnay

Commissariat de police
Dans un entrefilet de l’Evénements du mois de février, nous apprenons sous le titre Plan Vigipirate que la permanence de la Police nationale est fermée sine die, quelques semaines à peine après la fermeture du commissariat de l’avenue du Docteur Schweitzer !
Pour déposer plainte, il faut désormais aller à Versailles ou à La Celle Saint-Cloud.

Cette fermeture fait suite aux départs en janvier du Trésor public de la rue Pottier, et  de la Sécurité sociale, survenu il y a quelques temps.

Trésor Public

Menacé de fermeture, le bureau de Poste de la rue de Versailles a été sauvé in extremis, uniquement grâce à la résistance des Chesnaysiens, avec l’appui du Conseiller général de l’époque et du député.
La boutique SNCF de Parly 2 a quant à elle disparu bien avant la vague de fermeture des bureaux de vente de billets qui sévit actuellement. Nous observons enfin la fermeture de classes d’école.

A l’heure où les services de proximité sont un vrai besoin pour les personnes âgées, tous ceux qui ont des difficultés de déplacement, et par souci d’écologie, le maire laisse partir, sans s’en préoccuper outre mesure, ces guichets de services publics.

Que reste t-il au centre ville? La Mairie qui ne cesse de s’étendre. Notre ville, la plus dense des Yvelines, va t-elle devenir un village reculé qui n’aurait pas les moyens d’accueillir ces services?