Ecole Mozart : encore une école sacrifiée ?

 

 

Cela fait plusieurs années que la rumeur circule : le maire, avec la bienveillance de l’inspection d’académie, voudrait fermer l’école Mozart.
Pendant les années 2000, elle avait besoin de travaux urgents, et il a fallu attendre très longtemps avant que la mairie n’accepte de les réaliser. Parents et enseignantes avaient alors cru obtenir un sursis.

Depuis quelques semaines, ces bruits de couloirs deviennent très insistants, car il serait acté que Philippe Brillault ait décidé de la fermeture, dès la rentrée 2019.

Revenons un peu en arrière. A la rentrée 2016, il avait décidé de fermer l’école Le Petit Prince, à l’angle de la rue Caruel Saint-Martin, et de la rue Cimarosa. Il était évoqué en mairie que sacrifier cette école était la seule façon de sauver Mozart.
Le Petit Prince était une école comprenant quatre classes, et était jugée trop petite par M.Brillault pour être conservée. Drôle d’argument de la part d’un maire.
Nombre de ses homologues, de villages, comme de petites ou moyennes villes, bondiraient en entendant cela.
Une école primaire, et à fortiori, maternelle, est une école de proximité, avec un esprit familial, plus protecteur, et favorable au développement de l’enfant.

Ce qui nous a été dit en conseil municipal

Inquiets par la menace qui planerait sur l’école Mozart, Nathan Jalaleddine, élu municipal de notre groupe, a posé la question orale suivante, lors du conseil municipal du 20 décembre 2018.

Monsieur le Maire,

L’école maternelle Mozart compte trois classes. Il s’agit d’une école de proximité, qui, avec la supérette U Express, anime le quartier Martin Luther King.
La fermeture de l’école Le Petit Prince en 2016 restant regrettable, nous ne voudrions pas qu’une deuxième école maternelle ne disparaisse à la rentrée 2019. Les parents et les institutrices de l’école Mozart sont particulièrement inquiets en ce moment, de nombreux bruits de couloir affirmant que la fermeture serait actée pour la rentrée prochaine.
Pouvez-vous nous dire ce qu’il en est vraiment, et nous garantir que si l’inspection académique envisage vraiment la fermeture de cette maternelle, vous utiliserez tous les moyens qui sont en votre pouvoir de maire, pour empêcher que cette décision ne devienne effective ?

La réponse de Philippe Brillault et de son premier adjoint, Michel Charlet a été vague et évasive : une école qui compte trois classes oblige la directrice à s’occuper d’une classe à plein temps, et l’existence de la maternelle La Fontaine, à côté de la primaire Molière, permet d’éviter les problèmes de fratries séparées géographiquement.
On en retiendra que Messieurs Brillault et Charlet semblent clairement vouloir fermer l’école Mozart. Ils supposent par ailleurs que Rocquencourt, qui a su accueillir de nouvelles familles, va ouvrir une école sur son territoire…

Ce qu’il en est vraiment

Il semble évident que la volonté de M.Brillault est, à terme, de regrouper toutes (ou presque toutes) les écoles maternelles et primaires sur deux sites : ceux de rue de Glatigny et de Guynemer.
Un autre projet, qui semble repoussé pour le moment, est la destruction de l’école Langevin. Sera-t-elle reconstruite? Qu’adviendra-t-il des écoles Perrault, Le Nôtre ?
L’espace Martin Luther King est désaffecté depuis de nombreuses années, et le dossier s’enlise (même si la copropriété de Parly 2 semblait avoir fait avoir fait avancer les choses au printemps dernier, le bout du tunnel reste loin). Or, l’équation MLK + école Mozart = un superbe projet immobilier.
Les promoteurs seraient-ils déjà dans le bureau de M. Brillault ?
L’éducation de nos enfants passera après. Curieux pour un maire qui prétend défendre la famille.

Publicités

Annexion de Rocquencourt, exclusion de l’opposition

La fusion de Rocquencourt et du Chesnay est une idée, somme toute, assez naturelle. On ne trouve pas de couppure géographique claire entre les deux communes, et nous partageons le code postal,  le cimetière, et surtout la copropriété de Parly 2.
Cela aurait dû être fait il y a bien longtemps, mais progressivement.

Après s’être toujours opposé à toute mutualisation, notamment au sein de Versailles Grand Parc, Philippe Brillault devient subitement totalement favorable à cette fusion.

Nous avons appris à 23h30(!) lors d’une réunion publique au mois de mai dernier que M.Brillault négociait dans le plus grand secret depuis septembre 2017 avec M.Peumery, le maire de Rocquencourt, la création d’une commune nouvelle Le Chesnay-Rocquencourt.

L’équipe de Monsieur Brillault aurait été avertie en avril seulement (ce dont nous doutons puisque, si tel avait été le cas, les élus majoritaires auraient dû relever certaines anomalies au moment où se discutait le budget 2018 !).

Encore une fois, nous constatons le mépris de Philippe Brillault pour l’opposition qui n’est jamais prévenue de rien. Comme pour le temple Mormon, on remarque sa gestion solitaire, et d’une opacité assumée, « car sinon rien n’avance »

Lors du conseil municipal extraordinaire du lundi 18 juin 2018, il nous a été proposé d’approuver cette fusion dès le 1er janvier 2019 et, pour la mener à bien, de laisser les pleins pouvoirs à M. le Maire.

Nous n’acceptons ni de lui laisser les pleins pouvoirs, ni une telle précipitation.
Pour tenir ces délais, tout doit être acté avant la mi-octobre, afin que le préfet donne son aval. A l’approche de l’été, on voit bien que les Chesnaysiens (et les Rocquencourtois) vont encore être mis devant le fait accompli.

Nous voyons plus loin. C’est de Versailles, voire de Viroflay que nous devons nous rapprocher. C’est ainsi, au sein d’une commune nouvelle de près de 140 000 habitants, que nous pèserons face à la Métropole du Grand Paris. C’est vers ce type de taille critique qu’il faut désormais tendre, comme ce qui a été fait à Annecy et Cherbourg.

Aujourd’hui, ce projet est avant tout un moyen pour Monsieur Brillault d’élargir son champ d’action en annexant Rocquencourt. En effet, son homologue rocquencourtois ne se représenterait pas aux prochaines élections municipales.

On sait que Philippe Brillault ne supporte aucune opposition. Nous en avons eu une preuve de plus lors de ce conseil municipal.
Le groupe Le Chesnay Avenir est désormais exclu (sur décision de M.le Maire) de toute participation aux travaux des commissions relatives à ce projet.

Nous rappelons que l’ensemble des trois groupes d’opposition du Chesnay représente plus de 3000 citoyens, soit l’équivalent de la population de Rocquencourt.

Et il ose parler de « démocratie participative »!

En fait, seuls ceux qui sont d’accord peuvent participer au « travail collaboratif »….

Drôles de voeux

Les voeux du Maire du Chesnay, ceux qui y ont été s’en souviennent. Ceux qui aiment le bling-bling ne pensent qu’à une seule chose : être de nouveau invités l’année suivante.

Quand on parle de vœux, on a l’habitude d’être invité à partager la galette, voire une coupe de champagne. Avec Philippe Brillault c’est autre chose. Certes le champagne coule à flots, mais ce n’est pas la galette que l’on déguste. Cela commence par une mise en bouche qui, dans les faits, devrait plutôt être appelée apéritif-dinatoire tellement elle est copieuse, s’ensuit un dîner de grande qualité. La communication précédent cet événement est discrète : en effet, seuls 300 à 500 Chesnaysiens triés sur le volet sont conviés. Mais c’est l’ensemble des contribuables de la ville qui finance !

Et cette année, à moins de trois mois des élections, que s’est-il passé ?

Curieusement, alors que le maire promet en commençant son discours qu’il ne doit surtout pas faire campagne, il se lance dans la promotion de son action à la tête de la ville, notamment sur le social, la solidarité et la santé.  Il nous rappelle tout le mal que vont faire à la commune l’entrée dans Versailles Grand Parc, et la réforme des rythmes scolaires, puis nous réalise un exposé sur l’immigration digne d’un politicien qui court après le Front National. Curieusement, à ce moment-là, les membres de sa majorité baissaient la tête, visiblement mal à l’aise.

Alors que dans toutes les villes environnantes, pour la plupart beaucoup plus petites que Le Chesnay, les maires des communes voisines viennent en nombre, ils se comptaient ici sur les doigts d’une main. Seuls, Alexis Biette, maire de Voisins-le-Bretonneux, Jean-François Peumery, maire de Rocquencourt, étaient présents.

Henri Guaino, député des Yvelines,  a accepté de monter sur scène, après forte insistance de Philippe Brillault, mais était très mal à l’aise, et acceptait à peine de parler : il se murmure que le coup de sifflet au congrès des maires ne lui aurait pas plu. M. Peumery a lui refusé, malgré l’insistance du maire : normal, ce dernier venait de critiquer devant tout le monde un de ses projets majeurs.

Cette cérémonie a donc été un révélateur supplémentaire de l’isolement du Chesnay.